Sept années de réussite pour les indicateurs d’intégrité en Afrique!

No Comments

Marc-André Boisvert
Catherine Easton

Global Integrity a le plaisir de vous annoncer la publication des données provisoires de la septième édition des Indicateurs d’intégrité en Afrique, disponibles ici.

Jusqu’au 31 mai 2019, nous invitons experts et citoyens à examiner les données et à faire part de leurs commentaires afin de contribuer à en améliorer la qualité et l’utilité. Ne soyez pas timide, nous apprécions votre contribution!

Quelques conclusions préliminaires…

Vous trouverez ci-dessous certaines de nos conclusions préliminaires, mais restez à l’écoute! Dans les prochaines semaines, nous entamerons une conversation pour mieux comprendre comment nos données pourraient vous aider dans votre travail.
L’indépendance du pouvoir judiciaire menacée: Dans plusieurs pays, les gouvernements ont pris des mesures pour nuire à l’indépendance du pouvoir judiciaire, notamment au Ghana et au Kenya.

Des marchés publics plus opaques: Alors que la réglementation est censée contrôler les marchés publics, les contrats passés sans concurrence se multiplient. Au Libéria, au Bénin et en Mauritanie, les règles sont contournées en octroyant plus de contrats dits de gré-à-gré. Au Kenya, les allégations de corruption dans les marchés publics se multiplient.

Répression de la publication d’informations: Tandis que certains pays ont amélioré l’accès aux informations publiques (notamment l’Éthiopie et la Sierra Leone, avec un progrès substantiel par rapport à l’année dernière), nous observons davantage une régression, avec de nombreux pays subissant davantage de censure et / ou d’autocensure des médias et du contenu en ligne des citoyens (médias sociaux, blogs, etc.).

Qu’est-ce que le projet d’indicateurs d’intégrité de l’Afrique?

Chaque année depuis 2013, notre projet évalue l’état de la gouvernance et les aspects du développement social dans les 54 pays africains. Ainsi, nous produisons des données qualitatives au moyen de 102 indicateurs portant sur 13 catégories, traitant de transparence et de redevabilité, mais aussi de développement social.

Les données forment une base autonome publiée par Global Integrity. Elle présente, pour chaque indicateur, un score, une justification et les sources consultées.

Notre objectif est simple: créer des données précises et fiables, avec une interface permettant une consultation par pays (par exemple, en suivant les progrès d’un pays au fil du temps pour un indicateur particulier), et par sujet (par exemple, en comparant la performance de différents pays pour un même indicateur).
Nous voulons que la recherche responsabilise les acteurs aux niveaux national, régional et international, et qu’elle stimule la réflexion sur la manière dont les questions de gouvernance peuvent être résolues.
Nous nous efforçons également d’être rigoureux et transparent. Voici notre méthodologie complète (en anglais).

Quoi de neuf cette année?

Les cycles précédents ont traité à la fois des indicateurs «de droit» et «de pratique». Pour ce cycle, nous avons décidé de nous concentrer uniquement sur les indicateurs de pratique.

Au cours des cycles précédents, nous avions noté des écarts dans la mise en oeuvre des lois. Nous avons donc décidé pour cette ronde d’approfondir cette question en mettant en exergue l’expérience citoyenne. Nous voulons donc produire un outil pour initier un dialogue sur la persistance de l’écart entre les lois et leur application, sur ses causes et sur ce qui peut être fait. (Ne vous inquiétez pas, nous inclurons des mises à jour sur les lois tous les trois ans pour capter les changements).

Qu’est-ce qui rend nos données uniques?

Comment pouvez-vous utiliser nos données?
Notre travail est utilisé par plusieurs institutions. Un certain nombre d’indicateurs alimentent l’Indice Ibrahim de la gouvernance en Afrique et les indicateurs de la gouvernance mondiale (WGI) de la Banque mondiale. Par le biais du WGI, les données fournissent également à la Millennium Challenge Corporation (MCC) des informations qui l’aident dans ses décisions relatives à l’éligibilité des pays aux contrats MCC.

Mais vous pouvez aussi utiliser nos données!

Notre ensemble de données est un point d’accès pratique pour la recherche, le plaidoyer et l’action:

  • Transparent: notre méthodologie et nos sources sont transparentes et les données sont en open-source.
  • Efficace: pour chaque indicateur, les scores permettent d’identifier rapidement et facilement les tendances entre pays et dans le temps;
  • Orienté vers l’action: les indicateurs sont basés sur des recherches qualitatives factuelles, spécifiques à chaque pays, ce qui permet de mieux comprendre quelles devraient être les priorités pour les réformes.

Rejoignez la conversation!
Consultez nos données préliminaires et partagez vos commentaires. Vous avez 2 mois pour nous aider à améliorer notre travail!

Si vous avez des commentaires sur des faits et des évènements, ou si vous avez des suggestions concernant l’exactitude de nos recherches, veuillez nous contacter à aii@globalintegrity.org.

Si vous avez des commentaires généraux et des suggestions sur l’utilité des données, comment vous les utilisez et comment elles peuvent être améliorées, veuillez envoyer vos commentaires à l’adresse électronique susmentionnée ou par le biais de ce formulaire. Vous pouvez également nous rejoindre sur Twitter (@GlobalIntegrity).

Africa Integrity Indicators (AII) Team

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Related blog posts